Paris
Société
Par Christophe Rigaud
Publié le 06/06/2019 à 08:24

Valérie Pécresse et plusieurs élus franciliens quittent LR

La présidente de la région Ile-de-France a annoncé son départ du parti après une défaite historique aux européennes. De nombreux élus ont décidé de la rejoindre.

Après la déroute de LR lors des élections européennes (8,48%) et la démission du président du parti Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse décide de claquer la porte pour rebâtir la droite à partir de son mouvement politique Libres ! « J'ai décidé de quitter les Républicains parce que j'ai la conviction qu'il est impossible de refonder les idées de la droite de l'intérieur du Parti », a justifié Valérie Pécresse au 20h de France 2 ce mercredi. La refondation de la droite doit se « faire à l'extérieur du parti » qui serait actuellement « cadenassé de l’intérieur ».

Dans son sillage, plusieurs dizaines d’élus ont décidé de suivre Valérie Pécresse. En Ile-de-France, le patron des Républicains de l’Essonne, Robin Reda, quitte lui aussi le parti et invite sur Twitter « tous ceux qui se sentent profondément de droite, élus, militants, sympathisants, qui ne croient ni en Macron ni en Le Pen, à s’unir à ce nouvel espoir autour de Valérie Pécresse ». La vice-présidente à la culture de la région, Florence Portelli, a elle-aussi fait savoir qu'elle claquait la porte de LR. « Lors de la campagne pour la présidence LR, je demandais le changement des pratiques, la reconnaissance de nos territoires, la fin du mépris des élus de province, le renouvellement des générations. On a fait l’inverse. Passons enfin à une 3e voie » fustige la maire de Taverny.

Une autre vice-présidente de la région, Alexandra Dublanche, soutient la démarche de Valérie Pécresse : « C’est malheureusement l’unique voie aujourd’hui pour rebâtir la droite autour de ses valeurs qui sont bien vivantes ». Idem pour le président du groupe LR au Conseil régional d’Ile-de-France, Othman Nasrou, qui a indiqué sur Twitter soutenir sa présidente: « Saluons son courage qui veut réinventer la droite de fond en comble, en femme libre. Ce n'est pas un choix facile mais les partis ne sont qu'un moyen ». Félicitations également du vice-président de la région et président de l’Association des maires d’Ile-de-France (AMIF), Stéphane Beaudet : « La question dorénavant n’est plus la gauche ou la droite. Plutôt celle de savoir comment l’on crée le « nouveau monde » pour réhabiliter la politique et retisser le lien et la confiance avec les Français ».

Au sein des Républicains, c’est l’incompréhension qui domine. « Très déçu de la décision de Valérie Pécresse de quitter Les Républicains, car c’est maintenant que commence la rénovation de la droite et du centre » estime Daniel Fasquelle. « Dans les moments difficiles on ne quitte pas le navire, s’agace Erice Ciotti sur Twitter. Seuls l’unité et le rassemblement nous permettront de déjouer le piège machiavélique d’Emmanuel Macron ». Une dizaine de députés devrait également rejoindre Valérie Pécresse, à l’image de Jean-Charles Grelier.