Buchelay
Economie
Par Zanetta Olivier
Publié le 14/03/2018 à 19:23

Nouvelle étape au MIPIM pour Mantes Innovaparc

Interview de Pierre Bédier sur Innovaparc et le développement de l'ouest parisien. Situé à Buchelay, Mantes Innovaparca été maginé par l’architecte urbaniste Devillers. Il entend se démarquer des autres zones d’activités en s’insérant parfaitement dans le tissu urbain. Sa conception en « macro-lots » permet une densification de la zone grâce à un système de parkings mutualisés et de stationnement sur les voies de circulation. Un appel à idées destiné aux « opérateurs inventifs » a été lancé au MPIM. Interview de Pierre Bédier, président de l'EPAMSA


"Avec une façade sur l’autoroute A13, Mantes Innovaparc offre une bonne visibilité et un accès direct à cet axe routier", assure l'EPAMSA. L’autoroute permet de rejoindre Paris en 35 min et La Défense en 25 min. A proximité de la gare de Mantes-la-Jolie depuis laquelle des trains relient Paris St Lazare en 35 min et Rouen en 45 min. En 2024, le RER Eole desservira La Défense en 35 min.


En dehors de la zone commerciale de Buchelay, les salariés de Mantes Innovaparc profiteront de la proximité du nouveau quartier de gare Mantes Université, qui offrira à terme logements, commerces et équipements publics ainsi que l’implantation de l’Institut des Sciences et Techniques des Yvelines de l’Université de Saint Quentin-en-Yvelines.


L’EPAMSA, l'établissement d'aménagement du mantois Seine-Aval, a lancé, le mercredi 14 mars à 12h au MIPIM, un appel à idées destiné aux « opérateurs inventifs », pour concevoir un projet d’activités original sur un de ses macro-lots. Il s’agit d’imaginer un projet adapté aux modes de travail de demain sur un foncier de plus de 40 000 m2, à débattre. Les opérateurs sont donc appelés à être inventifs, pouvant s’allier avec des starts-ups aux concepts innovants de services aux entreprises, travaillant avec des utilisateurs du territoire ou en dehors, etc.


Après la constitution d’équipes et les actes de candidatures pour la fin du printemps 2018, une série d’ateliers de travail sera organisée avec les candidats. Ces réflexions seront ensuite présentées début décembre lors de la journée intitulée « Défi de l’immobilier d’activités » à un jury composé d’élus locaux et d’acteurs économiques. Ce jury sélectionnera les 3 premiers lauréats : le 1er sera chargé de réaliser le projet retenu, le 2ème touchera une indemnité de 20 000 € et le 3ème une indemnité de 10 000 €.