Paris
Politique
Par Christophe Rigaud
Publié le 29/06/2020 à 10:41

Municipales : les surprises du second tour en Ile-de-France

Recul du parti communiste, bascule de nombreuses villes, perte de la seule mairie Rassemblement national… ce qu’il faut retenir du second tour des municipales en Ile-de-France.

A Paris, malgré une abstention record (63%), la victoire d’Anne Hidalgo n’est pas vraiment une surprise (48,5%), mais c’est plutôt l’écart de plus de 13 points avec Rachida Dati (35,6%) qui étonne. La maire de Paris est donc réélue haut la main, alors que la liste LRM menée par Agnès Buzin s’effondre à 13,5%. L’ancienne ministre de la santé n’a même pas pas recueilli assez de voix dans son arrondissement pour être élue conseillère de Paris. Le bras droit d’Agnès Buzin, Gaspard Gantzer ne siègera pas non plus, faute de suffrages dans le 6e arrondissement, tout comme les secrétaires d’Etat Marlène Schiappa dans le 14e et Agnès Pannier-Runacher dans le 16e qui échouent également. A noter dans la capitale, la réélection dans le 5e de Florence Berthout, qui après avoir rejoint la République en marche était soutenue par Les Républicains.

Saint-Denis bascule socialiste

La Seine-Saint-Denis, département communiste historique, voit l’emblématique mairie de Saint-Denis lui échapper. Mathieu Hanotin, le candidat PS, l'emporte avec 59,04 % des voix, contre 40,95 % pour le maire sortant communiste Laurent Russier. Aubervilliers a basculé à droite avec la victoire de Karine Franclet (44,54%), à la tête d'une liste UDI, soutenue par LR. Une consolation tout de même pour le PCF qui reprend la ville préfecture de Bobigny à l’UDI. A Bondy, la socialiste Sylvine Thomassen chute de 64 petites voix face au LR Stephen Hervé.

Colombes écologiste

Dans les Hauts-de-Seine, Colombes repasse à gauche après la victoire de Patrick Chaimovitch, le candidat écologiste d'une liste d'union de la gauche, qui bat la maire sortante (LR) de 82 ans Nicole Goueta. Châtillon bascule à gauche également après 37 ans de gestion à droite. Nadège Azzaz s’impose avec 56,1 % des voix. Le président de la Métropole du Grand Paris, Patrick Ollier rempile sans difficultés à Rueil-Malmaison avec 50,01% des suffrages. Changement de visage à Levallois-Perret, où l’ancienne directrice de cabinet de Patrick Balkany est élue maire avec 45,82%, face à Arnaud de Courson (33,24%), qui n’a pas pu tirer profit de l’incarcération de Patrick Balkany pour ravir la mairie. A Vanves, la liste  de Gabriel Attal (LRM) arrive en troisième position, mais le secrétaire d’Etat à la jeunesse conserve toute de même un poste de conseiller municipal.

Les sortants l’emportent à Argenteuil, Sarcelles et Cergy


Peu de surprises dans le Val d’Oise. A noter tout de même la défaite du communiste Dominique Lesparre à Bezons qui laisse la ville à la socialiste Nessrine Menhaouara (35,63%). Défaites également pour Alain Louis (DVG) à Goussainville et Grégoire Dublineau à Eaubonne, qui repasse à gauche avec la victoire de Marie-José Beaulande (PS). Une autre femme, prend les commandes d’une ville à Pontoise, après la victoire de Stéphanie Von Euw (LR) avec 50,15%. Deux anciens maires tentaient de reprendre leur ville à Argenteuil et Sarcelles, mais Philippe Doucet et François Pupponi perdent leur pari. Georges Mothron briguera bien un second mandat à Argenteuil avec 45,36% des voix et Patrick Haddad s’est fortement imposé à Sarcelles avec 57,85%. La ville de Cergy reste aux mains du socialiste Jean-Paul Jeandon avec 450 voix d’avance sur le Divers droite Armand Payet

La gauche rafle Corbeil-Essonne et Athis-Mons

En Essonne, ces élections tournent définitivement la page Dassault  à Corbeil-Essonne avec la victoire du candidat de la gauche Bruno Piriou (48,54%), qui s’impose face au successeur de Serge Dassault, Jean-Pierre Bechter (LR), qui réalise 43,18% des voix. La gauche rafle également Athis-Mons avec la victoire du PS Jean-Jacques Grousseau (49%) qui bat la maire sortante Christine Rodier, 37,2%. Un écologiste s’installe à la tête de Savigny-sur-Orge. Jean-Marc Defrémont (EELV) ravit la quatrième ville du département avec 33,92 % des voix.

94 : des bastions communistes tombent

De nombreuses villes communistes sont tombées dans le Val de Marne. Champigny passe à droite avec Laurent Jeanne (Libres ! le mouvement de Val prie Pécresse) l’a emporté avec 54,04 %. Villeneuve-Saint-Georges n’est plus communiste et revient entre les mains du Divers droite Philippe Gaudin. Tout comme Choisy-le-Roi et Valenton, qui voient les victoires de Tonino Panetta (DVD) et Métin Yavuz (LR). Vitry-sur-Seine et Ivry-sur-Seine restent dans le giron du PCF.

Yves Jégo rate son retour

En Seine-et-Marne, Louis Vogel (Agir) remporte sa première élection à Melun), et termine en tête du second tour avec 50,60 %. La communiste Maud Tallet briguera un cinquième mandat à Champs-sur-Marne. Mais l’ancien ministre Yves Jégo trébuche à Montereau. James Chéron (UDI), le maire sortant, est sorti vainqueur du duel avec 53,55 %. Villeparisis bascule à gauche grâce au socialiste Frédéric Bouche (PS) qui s’est imposé avec 50,25 % des suffrages exprimés.

Le RN perd Mantes-la-Ville
 
Enfin dans les Yvelines, le seul maire Rassemblement national (RN) de Mantes-la-ville, Cyril Nauth perd sa mairie. C’est un candidat sans étiquette, Sami Damergy qui l’emporte avec 55,85 %.La ville communiste de La Verrière passe à droite avec la victoire de Nicolas Dainville (DVD). La République en marche réussit à s’imposer à Houilles en débarquant le maire sortant Alexandre Joly. Et à Maisons-Laffitte, le maire LR, Jacques Myard a été réélu pour un sixième mandat.