Nanterre
Politique
Par Christophe Rigaud
Publié le 26/05/2020 à 09:39

Georges Siffredi nouveau président des Hauts-de-Seine

Georges Siffredi a succédé lundi 25 mai à Patrick Devedjian à la présidence des Hauts-de-Seine.

Seul candidat en course après le retrait du maire de Saint-Cloud Eric Berdoati, Georges Siffredi a été élu lundi 25 mai à la tête des Hauts-de-Seine avec l’intégralité des 38 voix de la majorité départementale. Premier vice-président du département des Hauts-de-Seine, Georges Siffredi assurait l’intérim depuis le 28 mars 2020, suite au décès de Patrick Devedjian.

Georges Siffredi, 63 ans, a d’abord été élu aux élections cantonales sur le canton de Châtenay-Malabry le 2 avril 1992. Il a été vice-président du Conseil général des Hauts-de-Seine de 1994 à 1998. Le 31 mars 2011, il est à nouveau élu aux élections cantonales sur le même canton.

Il est élu maire de Châtenay-Malabry le 25 juin 1995, mandat qu'il a conservé jusqu'à ce jour. En tant que suppléant de Patrick Devedjian, il a siégé deux fois à l'Assemblée nationale comme député de la 13e circonscription des Hauts-de-Seine : de juillet 2002 à juin 2005 (Patrick Devedjian nommé Ministre délégué aux Libertés locales, puis Ministre délégué à l'Industrie), puis de janvier 2009 à décembre 2010 (Patrick Devedjian nommé Ministre chargé de la Mise en œuvre du plan de relance). Il devient premier vice-président de Vallée Sud Grand Paris, et deuxième Vice-président de la Métropole du Grand Paris le 22 janvier 2016.

Georges Siffredi souhaite « poursuivre ce mandat, dans la continuité d’une politique que notre assemblée a soutenue et votée depuis 5 ans : une politique à la fois rigoureuse et ambitieuse ». Le nouveau président des Hauts-de-Seine estime « néanmoins que nous ne pouvons pas faire simplement « comme avant », d’autant qu’à cette crise sanitaire, s’ajoute la perspective d’une crise économique et sociale sans précédent, et notre Département aura un rôle majeur à jouer. Il va donc falloir décupler nos forces et mettre l’accent sur deux priorités : les solidarités, et la relance économique. »

Pour Pierre Bédier, président du Conseil départemental des Yvelines, les Hauts-de-Seine ont choisi « le parcours d'un maire qui a magnifié sa ville en servant ses habitants mais aussi et surtout celui d'un homme politique dont la parole est rare, claire, tenue. La prometteuse entente 78/92 a de beaux jours devant elle ».