Pontoise
Société
Par Vià Grand Paris
Publié le 25/03/2020 à 14:51

Couvre-feux : Le préfet du Val d'Oise a contraint les maires à annuler leurs arrêtés

Les premiers couvre-feux ordonnés dans le Val-d’Oise sont “illégaux” selon la préfecture.

Philippe Brugnot, directeur de cabinet du préfet, est clair : “ La police nationale n’appliquera pas ces arrêtés qui sont illégaux ”. Et pour cause, “ seul le préfet peut prendre cette décision ”, rappelle-t-il sur un ton ferme. Plus tôt dans la journée, deux maires avaient pourtant prononcé des couvre-feux entre 22h et 05h à Deuil-la-barre et Montmagny. L’édile de Montmagny, Patrick Floquet, indiquait même avoir reçu l’aval de la préfecture dans son communiqué publié sur les réseaux sociaux. “ C’est faux ”, rétorque le directeur de cabinet qui nie toute concertation “ et encore moins validation ”. Après échange avec le sous-préfet de Sarcelles, les arrêtés ont été annulés.

Une décision qui ne passe pas pour le maire républicain de Montmagny, Patrick Floquet : “ Ils se rendront compte de leur connerie et l’appliqueront eux-mêmes plus tard ”. Tout part de remontées d’habitants excédés par la présence de jeunes dans la rue : “ Ils se réunissent tard par vingtaines, c’est inacceptable, déplore-t-il. Soit on fait le confinement pour tout le monde, soit on le fait pour personne ”. Il choisit la première option en instaurant un couvre-feu de 22h à 05h jusqu’à la fin du mois. Muriel Scolan, maire divers droite de Deuil-la-Barre, rejoint le magnymontois dans sa démarche. “ Il y a ceux qui ne veulent pas contrarier le préfet et ceux qui prennent des décisions pour le bien de la population ”, avance-t-il catégorique.

Selon le sexagénaire, “ il faut mieux aller au devant des catastrophes ”. “ On nous dit aujourd’hui que les jeunes ne risquent rien mais jusqu’à quand ? On n’a pas toutes les informations ”, juge-t-il alarmiste. Il était donc essentiel pour lui “ de protéger tout le monde ”, quitte à outrepasser le cadre légal : “ Il faut savoir ce qu’on veut. Si l’on souhaite que ça s’arrête le plus vite possible ou pas… On y arrivera que si tout le monde reste à la maison ”.

Bien qu’à l’heure actuelle, aucune ville du Val-d’Oise ne soit soumise au couvre-feu, plusieurs mairies restent tentées de le faire. Comme Sarcelles, Villiers-le-Bel, Arnouville et la ville de Gonesse qui font état dans un communiqué de la fermeture de tous les commerces de 7h à 20h. Un moyen de “ lutter contre les rassemblements qui continuent à être observés sur le territoire malgré les directives de confinement ” selon son maire emblématique, Jean-Pierre Blazy, qui prévient : “ Nous ferons tout pour stopper la propagation de l’épidémie, jusqu’à signer un arrêté de couvre-feu si cela s’avère nécessaire ”.