Paris
Politique
Par Olivier Zanetta
Publié le 16/09/2020 à 10:45

AMIF : un ticket Beaudet et Dugoin-Clément obtenu par Pécresse

La présidente de région a joué un rôle de médiatrice dans une élection à l’AMIF qui tournait au règlement de comptes entre deux de ses vice-présidents. Stéphane Beaudet sera candidat à sa sa réélection avec pour 1er VP Jean-Philippe Dugoin-Clément qui portera le dossier de la réforme des institutions en Ile-de-France. Les intéressés confirment ce mercredi à viàgrandparis TV ce scénario. Tout s’est accéléré dans les dernières 24 heures.

 

La présidente de la région a réuni les deux candidats à la présidence de l’AMIF (Association des Maires d’Ile-de-France) avec un message clair : unissez-vous. Dans une période où « les élus sont en première ligne pour gérer la crise sanitaire, la continuité scolaire, les urgences économiques et sociales, une période où ils sont aussi nombreux à être victimes de violences », explique l’entourage de Valérie Pécresse, « il paraissait nécessaire à la Présidente de la région de trouver un accord dans un esprit de rassemblement pour que l’AMIF puisse conjuguer les talents et éviter les divisions ».

 

Au terme de cet accord, Stéphane Beaudet continuera d’assurer la présidence de l’association et Jean-Philippe Dugoin-Clément prendra la fonction de Premier Vice-Président de l’AMIF et de représentant de l’AMIF auprès de l’AMF. Le maire de Mennecy prendra également à l’AMIF la responsabilité d’organiser la réflexion sur la réforme institutionnelle en Ile-de-France.

 

Joints ce mercredi au téléphone, les deux candidats confirment les termes de l’accord. « Valerie a joué un rôle de médiatrice et nous avons considéré qu’il fallait unir nos forces pour avoir une association forte », réagit le président sortant de l’AMIF Stéphane Beaudet, maire d’Evry Courcouronnes, et vice-président aux Transports de Valérie Pécresse. Confirmation de Jean-Philippe Dugoin-Clément, maire de Ménnecy et vice-président à l'environnement du conseil régional : « La Présidente de région a joué un rôle de médiatrice pour essayer de permettre d’additionner les forces plutôt que les diviser, ce qui a permis de nous retrouver pour  travailler ensemble sur des sujets importants dont la réforme institutionnelle en Ile-de-France »

 

Tout s’est accéléré dans les dernières 24 heures après l’annonce de candidature de Stéphane Beaudet et la publication de sa liste de soutiens, une centaine d’élus dont des ténors de la droite en région. Le président sortant semblait reprendre la main après un démarrage boulet de canon de Jean-Philippe Dugoin-Clément. Le ton montant entre les deux candidats, le résultat se révélant incertain, les fissures à droite à six mois des régionales risquaient d'affaiblir les fondations du mur de l’union voulu par Valérie Pécresse.

 

La présidente de la région Ile-de-France ne pouvait plus rester absente plus longtemps de la campagne pour la présidence de l’AMIF qui se jouait pour la première fois au grand jour avec un scénario aux dialogues de plus en plus violents entre ses deux-vice-présidents au Conseil régional. Un scénario à l’issue incertaine entre ses deux vice-présidents pouvait conduire à polluer la constitution des listes aux élections régionales de mars prochain. Et pas seulement sur l’Essonne où Beaudet et Dugoin-Clément étaient colistiers en 2014. Les états majors de la droite, UDI et LR, commençaient à s'échauffer dangereusement. Plutôt que de souffler sur les braises mieux valait allumer le calumet de la paix.